Camille coache le public – 19/09/2018

Arrêt sur image

Cette semaine je choisis de vous illustrer des situations de jeu, pour expliquer des décisions d’arbitrage. Des situations particulières, avec la règle du joueur blessé, le jeu sans gardien de but et les changements de joueurs.

Lors de la 4ème journée face à Chambray, les spectateurs ont pu voir cette scène, en image ci-dessous.

Nous étions en attaque et un ballon revient vers notre camp, Hélène notre gardienne sort de sa zone pour aller récupérer la balle. Mais une joueuse adverse, Hawa N’Diaye, a la même intention. Résultat elles plongent toutes les deux et le talon de N’Diaye tape le visage d’Hélène, qui reste ensuite au sol.

Depuis juillet 2016, des règles ont évolué. Si un kiné est appelé pour intervenir sur le terrain pour soigner un joueur, celui-ci doit sortir pendant 3 possessions de balle, même s’il va mieux. Une évolution pour contrer les comportements truqueurs, ceux faisaient du cinéma pour casser le rythme du match. Une Neymar en quelque sorte. Il y a 2 cas où la règle ne s’applique pas, si le joueur soigné a subi une faute qui a été sanctionné par un carton ou une exclusion, et le cas de la gardienne qui reçoit un ballon dans la tête.

Sur cette action, Hélène, étant hors de zone, est considérée comme une joueuse de champ. On l’a donc sorti pendant 3 possessions de balle et fait rentrer Laurie.

Toujours sur ce match ci, Chambray joue en attaque sans sa gardienne de but pour avoir une joueuse de champ supplémentaire, nous récupérons la balle et Aminata tente de marquer un but dans la cage vide. Mouna Chebbah lui empêche de viser juste en lui touchant le bras au moment de son lancer.

Également depuis juillet 2016 une équipe a le droit de faire sortir son gardien de but pour évoluer avec un joueur de champ supplémentaire. Il fut un temps où l’on nous demandait de mettre une chasuble pour distinguer les couleurs et en avoir toujours 2 différentes, chose que l’on peut toujours faire. Maintenant on peut aussi jouer avec uniquement des joueurs de champ, mais par contre personne n’a le droit d’aller dans les cages. Dans le cas où un tir est effectué dans une cage vide, ce tir est considéré comme une occasion manifeste de but.

Ici Aminata est gênée lors de sa tentative de tir, considérée comme une occasion manifeste de but. L’irrégularité commise par Mouna Chebbah a donc été suivi d’un jet de 7m (pénalty).

Lors du match à Dijon, suite à une exclusion, je fais le changement avec Hélène pour jouer à 6 en attaque. Eva doit rentrer. Un peu hative et sujette à un léger déséquilibre avant, Eva pose son pied droit juste après la ligne, avant de le repositionner immédiatement derrière, le temps qu’Hélène ne sorte complètement de l’aire de jeu.

Au handball nous pouvons faire autant de changements que l’on désire. Il faut les faire dans la zone de changement, matérialisée par une petite ligne à 4m50 de la ligne médiane. Et attendre que sa partenaire soit sortie de l’aire de jeu. Le délégué doit veiller à cela, le chronométreur et le secrétaire de la table de marque également mais comme « une responsabilité conjointe ». A priori cette année le mot conjointe n’est plus, il y a eu des consignes pour que le chronométreur et le secrétaire, c’est-à-dire le licencié représentant chaque club à la table de marque soient les décideurs là-dessus. J’ai appris cela samedi.

Aussi le chronométreur de Dijon signale directement la légère irrégularité, mais qui en est une certes. Et nous écopons d’une exclusion de 2 minutes, plus changement de possession, balle à Dijon. Ce qui est la règle. La coutume me fait dire cependant ceci. Sur cette situation, l’aller-retour d’un pied lors d’un temps calme du jeu, il me semble que par le passé j’aurai eu droit aux gros yeux du délégué, me signalant attention c’est la dernière fois. Selon le délégué et son degré de tolérance, ou son besoin de pouvoir choisissez, ça arrive parfois, nous aurions été sanctionnés immédiatement, et nous n’aurions rien eu à dire. Mais après tout un délégué est aussi là pour gérer les bancs et parfois ces légères faveurs, qui n’entachent en rien le bon déroulement du jeu, favorise un climat propice au fairplay et au respect de chacun. Ne pas respecter à la lettre le règlement pour créer un climat de respect, il y a débat. Ce qui est certain c’est qu’un chronométreur qui vient d’avoir ces responsabilités-là va plutôt être tenter de bien porter son nouveau costume. Par ma part je fais appel à l’esprit du jeu, on peut être tolérant sans être laxiste.

CLASSEMENT LFH 2018-2019
1METZ30 pts
2BREST BRETAGNE29 pts
3ES BESANÇON FEMININ25 pts
4OGC NICE CÔTE D'AZUR23 pts
5PARIS 9220 pts
6NANTES ATLANTIQUE20 pts
7CHAMBRAY TOURAINE18 pts
8TOULON ST CYR16 pts
9FLEURY LOIRET16 pts
10JDA DIJON HAND15 pts
11BOURG DE PEAGE DROME HANDBALL14 pts
12ST AMAND12 pts
Premiers Partenaires
Newsletter