Camille coache le public – 10/10/2018

Cette semaine je profite de cette rubrique pour aider les lecteurs et spectateurs à mieux comprendre certains aspects du jeu. Je prends ici l’exemple de la montée de balle. Le handball est composé de 4 phases de jeu : la défense, la montée de balle, l’attaque placée et le repli défensif.

Depuis de nombreuses années le handball cherche à être plus spectaculaire, plus rapide, notamment au travers de l’évolution de ses règles. Comme l’apparition du jeu passif en 1997 pour limiter les attaques trop longues et de l’engagement rapide en 2000. Sachez qu’avant l’évolution de cette règle on devait attendre que l’adversaire soit complètement revenu dans son camp pour pouvoir engager le ballon après un but. Difficile de jouer rapidement !

J’entends encore des commentateurs ou entraineurs qui disent que cette équipe joue un handball moderne, car elle pousse le jeu rapide, la montée de balle fait partie de son registre de jeu. Moderne ? J’ai un article de la très bonne revue d’entraineur « approche du handball » qui explique que le handball moderne est un handball qui utilise le jeu rapide… c’était en 1999.

Donc tout le monde joue le jeu rapide. Chacun à sa façon, c’est un jeu organisé, travaillé. Avant cela il y a la défense, qui est quelque part la base de lancement de la montée de balle. Ces 2 phases sont maintenant complètement liées. Avant de se projeter vers l’avant il faut défendre.

Nous faisons partie des équipes qui jouent le plus de montée de balle en LFH. Plus de 30 par match, cela fait partie de notre identité de jeu. Nous travaillons physiquement pour cela. Il y a plusieurs façons de jouer la montée de balle.

La plus courte c’est la contre-attaque qui se réalise en une passe, qui arrive directement à une tireuse. Souvent composée d’une relance de la gardienne après un arrêt et d’une ailière qui anticipe son départ au moment du tir adverse.

Ensuite il y a ce que j’appelle les montées de balle qui traversent. Elles sont composées de plusieurs passes et le ballon n’arrive pas dans le dos du repli défensif comme sur une contre-attaque, mais à travers les joueuses adverses qui ne sont pas replacées devant leur zone.

Puis le jeu de transition. Il est marqué par plus de continuité d’actions, suite à la traversée du terrain, on va jouer face à une défense en place mais pas complètement. L’idée est de profiter de la moindre erreur de placement, d’attention, de relation défensive. On ne laisse pas le temps de souffler à nos adversaires, ni celui de recommuniquer entre elles pour avoir une défense bien coordonnée.

L’engagement rapide est le fait de réengager rapidement le ballon après un but. C’est toujours les pivots qui sont celles qui réengagent la balle avec le pied sur la ligne médiane. Ce n’est pas une obligation et l’on pourrait imaginer que ce soit autrement… J’aime bien le jouer, même s’il n’offre pas de situations de tirs. Simplement pour pousser à une réaction après avoir encaissé un but, ne pas se laisser envahir par la déception, et ne pas laisser l’adversaire développer son sentiment d’euphorie.

Vous voilà maintenant bien armé pour décoder une partie de notre jeu. Souvent une bonne défense qui récupère un ballon ou avec un arrêt de nos gardiennes, suivi d’un but sur le jeu rapide permet aussi bien au public qu’aux joueuses d’exalter leur joie, de créer une dynamique positive. Face à St Amand, nous aurons besoin de notre public pour pousser nos joueuses à rester dans cette zone de dynamique positive le plus longtemps possible. Alors si vous nous voyez marquer un but sur montée de balle soyez encore plus bruyant, décuplez nos émotions positives.

CLASSEMENT LFH 2018-2019
1METZ24 pts
2BREST BRETAGNE23 pts
3PARIS 9220 pts
4ES BESANÇON FEMININ19 pts
5OGC NICE CÔTE D'AZUR17 pts
6CHAMBRAY TOURAINE16 pts
7NANTES ATLANTIQUE16 pts
8TOULON ST CYR14 pts
9JDA DIJON HAND13 pts
10FLEURY LOIRET12 pts
11BOURG DE PEAGE DROME HANDBALL10 pts
12ST AMAND8 pts
Premiers Partenaires
Newsletter